Lexique INFOSEC UPS SYSTEM

Le secteur de la protection électrique et informatique utilise des termes spécifiques. Profitez de ce lexique interactif pour comprendre chaque terme technique rencontré sur notre site.

De A à Z

La tension chute à zéro Volt pendant une durée importante. C'est la « panne de courant » suite à un problème sur le réseau électrique EDF.

Les creux de tension se caractérisent par une baisse de la tension en amplitude sur une durée de plusieurs périodes. Ils sont dus au démarrage de grosses charges électriques comme les moteurs, les ascenseurs, l'éclairage, le chauffage... et provoquent des arrêts du système et des pannes intempestives.

Les courants et tensions harmoniques sont créés par des charges non linéaires raccordées au réseau de distribution. La distorsion harmonique est une forme de pollution du réseau électrique susceptible de poser des problèmes si la somme des courants harmoniques est supérieure à certaines valeurs limites.

La tension chute à zéro Volt pendant quelques millisecondes. Ces micro-coupures sont induites par des court-circuits provoqués par les utilisateurs sur le réseau du bâtiment.

En informatique, ce mot désigne un périphérique que l'on place entre l'alimentation électrique et l'ordinateur. En régulant l'arrivée de l'électricité, il empêche les microcoupures ou les pics de courant qui pourraient provoquer des pertes de données ou endommager l'ordinateur. Lorsqu'une panne survient, il remplace l'alimentation électrique pendant quelques minutes (selon la capacité de l'onduleur), vous laissant ainsi le temps de sauvegarder les données.

Plus d'info : Un onduleur n'est pas uniquement destiné à pallier les coupures de courant. Son rôle est également de stabiliser la tension électrique et d'éliminer les parasites.

L'onduleur est un maillon important dans la sécurité des systèmes informatiques. Il a pour principale mission de prendre le relais du secteur lorsque des coupures de courant se produisent, laissant ainsi aux utilisateurs le temps de sauvegarder le travail en cours.

Les coupures ne sont pas les seuls incidents auxquels ces appareils doivent faire face. Le filtrage, ainsi que la régulation de la tension, font aussi partie des fonctions importantes à assurer.

Un bon onduleur devra assurer la continuité de la fourniture d'électricité aux appareils, mais également veiller à ce que le courant soit de bonne qualité.

Un onduleur se compose de trois parties :

  • Le redresseur qui transforme le courant alternatif en un courant continu destiné à charger les batteries et à alimenter l'onduleur.
  • Les batteries qui stockent l'énergie.
  • L'onduleur qui transforme la tension continue délivrée par le redresseur ou les batteries en une tension alternative de 230 Volts à 50 Hz, identique à celle du secteur.

L'onduleur est également fourni avec un logiciel de fermeture automatique : lors d'une panne de secteur ce logiciel (installé sur l'ordinateur relié à l'onduleur) fermera automatiquement tous les programmes après avoir effectué les sauvegardes nécessaires.

Un parasurtenseur de type 3 (prise ou multiprise parafoudre) est un dispositif de protection des appareillages électriques contre les surtensions électriques transitoires créées notamment par la foudre.

Le principe de la technologie Off Line est amélioré puisque la tension d'entrée est contrôlée et filtrée par l'onduleur avant d'être délivrée aux matériels.

Le courant fourni est donc de meilleure qualité. Un régulateur de tension permet de continuer de fournir un courant de qualité lors de variations importantes et sans utiliser les batteries dont l'usure est dépendante du nombre de cycles de charge. La présence d'un filtre et d'une parafoudre viennent accroître la sécurité.

Lors d'une coupure de courant, l'onduleur passe en mode batterie (temps de commutation <2ms) et un logiciel de communication prend en charge les sauvegardes de fichiers et les fermetures des programmes.

La technologie Line Interactive est recommandée dans les zones où le secteur est moyennement perturbé (zones commerciales ou zones rurales) et également choisie pour protéger les serveurs, les applications de DAO/CAO et les petites comptabilités.

Les équipements sont alimentés normalement par le secteur et l'onduleur ne prend le relais qu'en cas de coupure ou de baisse trop importante de la tension du secteur.

La technologie Off Line permet de maintenir les appareils qu'elle protège sous tension pendant une durée suffisante pour sauvegarder ses données et/ou éteindre les appareils correctement.

Ce basculement sur batteries prend un certain temps (commutation en général >4ms) ce qui ne sera pas gênant pour des ordinateurs possédant des alimentations à découpage, mais cela pourra poser problème pour des équipements plus sensibles (instruments de mesure).

Les onduleurs Off Line sont les plus économiques. Ils sont recommandés pour les ordinateurs monopostes (type PC) dédié à la bureautique ou au jeu et les petits serveurs dans un milieu électrique peu perturbé tel qu'une agglomération.

Le courant est délivré en permanence par l'onduleur, garantissant ainsi une tension constante et une absence de parasites. L'appareil à protéger est donc totalement déconnecté du secteur, par conséquent le temps de commutation est nul évitant ainsi les microcoupures.

Lors d'une panne du secteur un logiciel de communication fermera automatiquement tous les programmes après avoir effectué les sauvegardes nécessaires.

Les tests montrent que ce sont les onduleurs On Line qui présentent la tension de sortie la plus stable et la meilleure immunité aux parasites.

La technologie On Line est particulièrement recommandée dans l'industrie.

Elle est également choisie pour protéger les systèmes où la moindre perte de donnée n'est pas acceptable comme par exemple les calculateurs, les automates, les caisses enregistreuses, les gros systèmes informatiques et de façon plus générale toutes les applications stratégiques, les systèmes électroniques sensibles et appareils médicaux.

La périodicité de la sinusoïde n'est plus constante.

Ces variations, qu'elles soient brusques ou lentes, sont essentiellement dues aux variations de vitesse des groupes électrogènes et sont très rares sur les réseaux publics des pays développés.